Radioprotection : les infos indispensables

La radioprotection est évolutive !

Que faut-il connaitre sur la radioprotection ?

La radioprotection des patients consiste à justifier les clichés (selon le guide de l’ASN de 2006) et optimiser votre pratique, selon le code en santé publique (CSP) pour réussir du premier coup un cliché parfaitement exploitable avec le minimum de dose de rayons X possible. C’est le principe ALARA.

 

Actuellement les obligations à suivre pour bien la pratiquer sont les suivantes :

  1. Avoir réalisé sur le site de l’ASN l’inscription des générateurs que vous utilisez et la localisation du cabinet dentaire.
  2. Pour pouvoir inscrire ces générateurs, il faut faire réaliser une qualification à l’installation par un organisme certificateur (APAVE, SOCOTEC, VERITAS etc.)
  3. Une Personne compétente en radioprotection (PCR), doit être rattachée à votre cabinet et mettra en place les éléments de prévention incontournables pour exercer. (Zonage des pièces, calcul de la dosimétrie à mettre en place et sa localisation indiquée par des sigles de couleur verte ou bleu, l’audit du matériel de radiologie, des locaux, des contrôles de qualité interne (CQI) réalisés tous les trimestres par le praticien.)
  4. La PCR utilise une plateforme de l’IRSN appelée SISERI qui lui permet de connaitre et surveiller les résultats des dosimètres utilisés dans la structure.
  5. La PCR doit également inscrire le cabinet sur le site de la télédéclaration de l’ASN
  6. Le praticien doit faire contrôler ses générateurs par un organisme certificateur. Celui-ci passe tous les ans pour un audit du cabinet, puis tous les 5 ans pour un contrôle de qualité externe (CQE).
  7. Le praticien doit être à jour de sa formation en radioprotection (tous les 10 ans)
  8. La PCR doit suivre une formation tous les 5 ans et donner une formation condensée tous les 3 ans aux salariés du cabinet.
  9. Le praticien doit suivre une formation unique pour la carrière sur le cône beam pour pouvoir les côter.
  10. Le praticien doit mettre en place depuis 2019 une politique de l’assurance qualité en imagerie médicale qui consiste à :
    1. Réaliser un compte rendu pour tous les clichés panoramiques et cône beam
    2. Réaliser pour les possesseurs de panoramiques et de cône beam le NRD (niveau de référence diagnostique) pour surveiller le bon réglage de ces appareils.
    3. Les ESR (événements significatifs de radioprotection) qui présentent un danger pour le patient ou l’équipe soignante doivent être renseignés par la télédéclaration sur le site de l’ASN.
    4. Les E non-SR = sans risques pour le patient, (par exemple témoin rouge grillé ou un surdosage par cône beam), sont enregistrés, analysés de leur survenue et donner l’information immédiatement au patient.

 

Ce qui change à partir du 01/07/21 ou 01/01/2022

  • La PCR doit suivre une formation renforcée de niveau 2 pour devenir CRP (conseiller en radioprotection) il doit être affilié à un organisme certifié OCR (organisme certifié en radioprotection) pour exercer.
  • Les organismes certificateurs actuels doivent être certifiés OVA (organisme vérificateur accrédités)
  • Le CQI se nomme vérification périodique (un cliché sur une mire radiodiagnostic pour les générateurs au fauteuil et le générateur de la panoramique ou du cône beam en mode panoramique)
  • Le résultat du rapport quinquennal des organismes certificateurs actuels sert pour la Vérification Initiale par les OVA une seule fois.
  • Les valeurs en Kv et PDS de ces rapports servent pour le NRD qui devient quinquennal et transmis sur le site de la Base NRD de l’IRSN.
  • Le CRP doit maintenir tenir compte du RADON et noter sa concentration dans le Document unique du cabinet.

 

Rappel sur le contrôle de qualité interne : CQI

Pour les générateurs au fauteuil :

Il incombe au praticien de réaliser une fois par trimestre un cliché,en utilisant une mire radiologique, (il est important d’utiliser toujours la même mire)et en choisissant le réglage de RX correspondant à une 16 ou une 26.

Pour des utilisateurs de films argentiques, le cliché est mensuel ou à chaque changement de bain. Dans ce cas la mire radiologique est différente de celle utilisée en numérique.

 

Pour le générateur des clichés panoramiques ou pour les cônes beams :

  • Pour les films numériques la fréquence est de 1 par trimestre et un par mois pour les films argentiques
  • Pensez à réclamer la mire et son adaptateur pour votre appareil au fournisseur de l’appareil.
  • La mire pour panoramique possède 2 plaques en cuivre supplémentaire de 0.8mm pour simuler le crâne.
  • Se mettre en mode panoramique standard.

Pour les cônes beams, se mettre en mode panoramique.

 

Utilité des CQI :

Ils permettent de surveiller les dysfonctionnements des générateurs.

Sur l’image radiologique apparait des lignes. Elles sont regroupées avec un numéro.

Par numéro on distingue normalement une série de lignes noires séparées par des lignes blanches.

Ce regroupement constitue des paires de lignes.

Lorsque l’image radiologique permet de distinguer des lignes noires séparées par des lignes blanches, le générateur est bien réglé. Lorsque les lignes blanches disparaissent pour des groupes de chiffre élevé, cela traduit une perte de la définition et de la qualité de l’image donc une absence de précision. Une seule bande noire large apparait alors. Le générateur est déréglé et vous devez faire intervenir un réparateur pour corriger le problème.

 

Il y a un autre élément à observer sur le cliché de la mire : ceux sont des ronds noirs situés sur la partie droite du film.

Plus vous distinguez un rond petit, plus votre générateur est capable de produire un nombre important de nuances de gris pour diagnostiquer l’étendue d’une lésion, et son effet sur les tissus osseux et parodontaux.

 

Correspondance des chiffres des paires de ligne, avec la précision pour certains actes :

 

      • Un bon résultat à 2.0 permet de voir la pointe d’une lime iso de 25 mm
      • Un bon résultat à 5.0 permet de voir la pointe d’une lime iso de 10 mm
      • Un bon résultat à 6.3 permet de voir la pointe d’une lime iso de 8mm
      • Un bon résultat à 5.0 permet de voir les lésions du desmodonte
      • Un bon résultat à 6.3 permet de voir les fractures radiculaires

 

A partir du 01/07/2021  : le terme CQI sera remplacé par une Vérification Périodique (VP), mais conservation du même protocole et de la même fréquence de réalisation.